Le marché de l'emploi galvanisé par l'ICT

Le marché de l'emploi galvanisé par l'ICT

Avec 5,1% de l'emploi total, le Luxembourg se hisse sur le podium des pays de l'UE affichant la plus forte proportion de spécialistes ICT. Mais c'est également au Grand-Duché que les entreprises éprouvent le plus de difficultés à recruter des talents et que la part des hommes dans la profession (89,2%) est la plus importante.

 

Dans l’Union européenne, près de 8 millions de personnes étaient employées comme spécialistes des technologies de l’information et de la communication en 2014, soit 3,7% de l’emploi total, apprend-on à la lecture des chiffres publiés ce jeudi par Eurostat, l'Office statistique de l'Union européenne.

 

Au Luxembourg comme dans le reste de l'UE, tant le nombre des spécialistes ICT que leur proportion dans le total de l’emploi n'ont cessé d'augmenter au cours des dernières années afin de répondre aux besoins d'un monde de plus en plus numérique. En 2014, les spécialistes ICT dans l’UE étaient principalement employés au Royaume-Uni (1,49 million de personnes), en Allemagne (1,47 million) et en France (0,91 million), ces trois États membres totalisant près de la moitié de l’ensemble des spécialistes ICT. Au Grand-Duché, la part de l'ICT dans l'emploi total est passée de 4,5% en 2011 à 5,1 % en 2014.

 

En termes relatifs, les pourcentages les plus élevés de membres de la profession dans l’emploi total ont été relevés en Finlande (6,7%), en Suède (6,0%) et au Luxembourg (5,1%).

 

Néanmoins, près de 40% des entreprises qui ont recruté ou tenté de recruter du personnel pour des postes nécessitant des compétences ICT en 2014 avaient des postes vacants difficiles à pourvoir. Le pourcentage le plus élevé d'entreprises ayant eu des difficultés à recruter des spécialistes a été enregistré au Luxembourg (59%), ex æquo avec la République tchèque.

 

La profession est largement composée d'hommes, ceux-ci représentant plus de 8 employés sur 10 dans l’UE (81,9%). Les parts les plus importantes d'hommes spécialistes ICT ont été observées au Luxembourg (89,2%), à Chypre (88,1%) et aux Pays-Bas (87,4%), tandis que la Bulgarie (68,2%), l'Estonie (70,4%) et la Roumanie (71,1%) ont enregistré les pourcentages les plus faibles.

 

Ces chiffres montrent que les femmes sont sous-représentées dans la profession dans tous les États membres de l'UE et contrastent de manière frappante avec les chiffres relatifs à l'emploi total, qui affichent une répartition globalement équilibrée entre les deux sexes.

 

Le secteur ICT emploie également principalement des personnes ayant un niveau d’éducation élevé, plus de la moitié (56,5%) des spécialistes ICT dans l’UE étant diplômés de l’enseignement supérieur.

Écrire commentaire

Commentaires : 0